Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Affinez votre recherche

Lauréats de la Palme Ifrecor 2011

03/01/2012 - Projets, financements - Communication, pédagogie, évènements

C’est le mercredi 14 décembre 2011 que les élus Pierre Aliotti, vice-président de la collectivité de Saint-Martin et Ronald Tumahai, maire de la commune de Punaauia en Polynésie française, ont reçu la Palme IFRECOR sur l’Île de la Réunion qui a accueilli jusqu’au 15 décembre la 26ème Assemblée Générale de l’ICRI.

Logo Ifrecor

L’appel à projets lancé le 27 juin auprès des territoires d’outre-mer du réseau IFRECOR (Guadeloupe, Martinique, La Réunion, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna, Polynésie française, ainsi que Saint-Barthélemy et Saint-Martin) a trouvé ses gagnants.
La France, qui a assuré en 2011, avec les îles Samoa, la co-présidence tournante de l’ICRI, a distingué lors de la 26ème Assemblée Générale de l’ICRI deux élus pour leur action en faveur de la protection des récifs coralliens.

 

Dans la catégorie "Éducation et sensibilisation", la Palme a été attribuée au projet :
« Création d’un sentier sous-marin éducatif dans la Réserve naturelle nationale de Saint Martin »
Un sentier sous-marin ponctué de stations de découverte commentées ? C’est le projet réalisé sur l’îlet Pinel, au sein de la Réserve naturelle nationale de Saint-Martin. Grâce à un équipement FM installé sur les tubas, le visiteur peut tout au long de sa progression écouter des messages sur la description des herbiers de phanérogames et coraux présents, une explication sur leurs fonctionnalités écologiques ou encore sur la description des espèces de poissons visibles le long du sentier.

 

Dans la catégorie "Protection, valorisation et restauration", la Palme a été attribuée au projet :
" Réhabilitation d’un espace lagonaire impacté par la prolifération du poisson jardinier Stegastes nigricans " dans la commune de Punaauia en Polynésie française.

Le poisson jardinier Stegastes nigricans est une espèce indigène qui connaît un développement "explosif" depuis une quinzaine d’années, suite à la très forte réduction de ses compétiteurs (pêche intensive d’autres poissons herbivores, d’oursins ou de gastéropodes). Il colonise certains pinacles du lagon dont il « interdit » alors l’accès aux autres espèces de poissons. Le financement d’une thèse sur le sujet permet de mieux comprendre les interactions qui régissent cet écosystème. A travers ce projet de restauration, la commune souhaite mettre en place une gestion concertée du lagon, en harmonie et dans la compréhension mutuelle entre les acteurs : pêcheurs, touristes...

 

Consultez le site de l'Ifrecor pour plus de détails.

Mots-clés associés : Lagon Outre-mer Sciences participatives Bonnes pratiques Sentiers sous-marins Poissons

Retour aux actualités