Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Fiche d'identité

Localisation : Océan Atlantique / France métropolitaine / Façade atlantique

Catégorie : Zone de protection spéciale (N2000, DO)
Catégorie reconnue de droit français : Oui

Type de désignation : Internationale

Statut (désigné / en projet) : Actif

Surface : 585.68 Km²

Gestionnaire :

Mairie de Fouesnant

Description de l'aire marine protégée

Le site comprend deux entités : l’archipel des Glénan, situé à une dizaine de milles au sud de Fouesnant, commune à laquelle il est rattaché administrativement, et l’île aux Moutons, à mi-distance entre l’archipel et la côte.

L’archipel revêt un intérêt exceptionnel du benthos infra-littoral, en particulier sur fonds rocheux (0 à 20m) en modes très abrité à très battu, avec présence de nombreuses espèces animales rares à l'échelle française (cnidaires, bryozoaires, crinoïdes).
Il s’agit aussi d’un des trois sites majeurs de d’herbiers de Zostère marine. On y trouve également des bancs de maerl constitués par les algues rouges que sont Lithothamnion calcareum et L. coralloides.
Le site abrite notamment la plus importante colonie plurispécifique de sternes de Bretagne (implantée sur l’île aux Moutons), ainsi que d’importantes colonies de Goélands (brun, marin, argenté).
On trouve sur les îles et îlots des habitats dunaires mais aussi des pelouses littorales et autres végétations de falaises, ainsi qu’une espèce végétale endémique : le Narcisse des Glénan.

 

Calendrier des principales étapes du projet

Principales étapes du projet :
- ZPS désignée par arrêté ministériel du 26 octobre 2004
- ZSC désignée par arrêté ministériel du 4 mai 2007
- DOCOB approuvé par arrêté préfectoral le 9 juin 2006
- Extension du site en mer : la « nouvelle » ZPS désignée par arrêté ministériel du 31 octobre 2008 couvre une large zone marine autour de l’archipel (≈ 58500 ha).

Enjeux identifiés

Conservation des habitats et des espèces d’intérêt communautaire.
Meilleure prise en compte des habitats marins, en particulier dans le cadre de l’extension du site en mer.

Usages et problématiques du milieu

La principale atteinte sur les habitats marins du site est l’extraction du maerl, qui cessera en avril 2010.
L’archipel, qui se situe au cœur d’un bassin de navigation dense lié à un maillage important de ports sur la côte sud du Finistère, constitue une destination très prisée pour les activités nautiques. Cette fréquentation est une source de dérangement qui a été la cause de la désertion de sites de nidification sur l’archipel, mais aussi une source de dégradation pour les milieux terrestres et marins fréquentés (mouillages et herbiers de zostères, piétinement de milieux dunaires, pratiques de pêche non respectueuses…).
L’usage des dragues à coquillages sur les bancs de maerl est également une source de dégradation de cet habitat.

Expériences acquises, études en cours, pratiques valorisables

Projet de collaboration avec les professionnels de la pêche en vue d’une adaptation des pratiques de pêche à la drague sur les bancs de maerl.
Test à petite échelle de mouillages « écologiques », projet d’expérimentation plus complète.

Thèmes souhaités de partenariat et d’échange

- Projets cités ci-dessus.
- Utilisation d’indicateurs et analyse de l’état de conservation
- Outils de communication et de sensibilisation
- Gestion de la fréquentation

Mise à jour : 20/02/2014